Interview communautaire #3

Bonjour Emulord ! Pour ceux qui ne te connaissent pas ou peu, pourrais-tu nous faire une petite présentation de ta personne et de ton parcours ?

D’abord, coucou, et merci à tous les kupo qui s’intéresseront à ce que j’ai pu écrire — bah, qui lira les réflexions d’un illustre inconnu, après tout? —.

Que dire de moi… ? Commençons par les basiques, je suppose. Moi, c’est Steven, Lyonnais fraîchement majeur, et fondamentalement passionné d’informatique, branche que je poursuis depuis une poignée d’années pour mes études supérieures.

En ce qui concerne mon expérience dans les jeux vidéos, elle est évidemment empreinte des codes contemporains de l’industrie. Ayant joué les retardataires, tout commence avec l’ère de la PlayStation en ce qui me concerne. En particulier, les Oddworld et autres Final Fantasy VI et VII sont les premiers jeux, qui, entrevus d’abord en jetant un œil au-dessus de l’épaule des aînés ayant la patience d’y jouer, m’ont donné envie de vraiment m’investir dans ce merveilleux aspect du dixième art. En parler aujourd’hui réveille toujours une certaine nostalgie.

Je pourrais aussi épiloguer sur mon intérêt prédominant pour les jeux tentant d’emprunter les codes du cinéma, et souvent frondés à cause de leur gameplay, de Fahrenheit à Beyond, cocorico, ou l’excellent The Last of Us, dans un tout autre genre. Evoquer mon amour pour des licences telles que Grand Theft Auto ou Battlefield. Mais après tout, parlons peu, parlons MMORPG. Et ce sera rapide, le seul de la catégorie que j’ai vraiment eu l’occasion de découvrir par moi-même, avant Final Fantasy XIV, c’est Wakfu, populaire à l’époque où j’y évoluais, et dont le concept de conservation/détérioration de la biodiversité par les joueurs m’avait plutôt séduit. C’était d’ailleurs ma première rencontre avec les joies du ß-testing.

D'où est venue l'idée de faire des vidéos sur YouTube ?

Final Fantasy est la saga de J-RPG qui a le plus marqué mon curriculum de gamer. J’ai approché les premiers FF après les derniers, et conséquemment, qu’importe les virages qu’a pu prendre la série, aucun jeu n’a, rétrospectivement, été en-deçà de ce j’estime être en droit d’attendre… Si ce n’est Final Fantasy XIV.

Je n’avais pas connu la richesse du monde de beaucoup d’autres MMORPG avant de m’attaquer à XIV, ce qui fait que j’ai essentiellement pu comparer l’opus à la qualité de réalisation de ses prédécesseurs solo. Et il faut dire que la seule chose sur laquelle le jeu était irréprochable dans les premiers jours de sa commercialisation, à mon sens, c’était sa bande-son (musique et ambiance sonore), et son level design photoréaliste. Une magnifique photographie animée, en somme, mais rien de plus.

Le flop, bien que mérité, m’a affecté véritablement lorsque Naoki Yoshida, un étranger quasi-total à la série, a pris les rênes du projet FFXIV. L’homme, épaulé de son équipe, a incarné le soft et sa renaissance, assumant les torts de ceux qui y étaient passés avant lui. Parenthèse à ce sujet, je trouverais injuste d’accuser Hiromichi Tanaka seul du premier échec commercial, car il faut plus qu’un homme pour mener à bien l’assurance qualité, et a forciori valider et publier un jeu AAA, aux dernières nouvelles. Attendez, attendez, j’en viens à YouTube dans un instant.

L’évolution sous l’ère Yoshida n’a pas été irréprochable non plus, mais l’homme m’a touché par son humilité, sa proximité, et l’humanité qu’il apportait à la communication autour du jeu. L’ambition de tout reprendre à zéro, de pondre un truc meilleur, tant qu’à faire, et de demander une seconde chance, c’est quelque chose que je n’avais jamais vu dans l’univers vidéoludique. Et je me devais de supporter ça, tout simplement.

Plus que de faire des vidéos sur YouTube, je cherchais un moyen de toucher, à mon tour, au moins quelques joueurs susceptibles de retenter l’expérience. Qu’auriez-vous fait à ma place ? Ecrire de longs textes soporifiques, comme celui que je m’efforce de garder hors du sentier des circonvolutions à l’heure actuelle ? Ou parler concisément de votre ressenti, images en mouvement à l’appui, pour convaincre un petit auditoire que ce vous dites n’est pas qu’issu de la bouche d’un fan aveugle ?

Quand on a fait l’expérience de Vanilla FFXIV, on sait que des images inanimées peuvent être trompeuses.

Que penses-tu du jeu actuellement ?

Faire preuve d’objectivité sur une telle question, c’est plus qu’impossible. Globalement, FFXIV : ARR m’a conquis jusqu’ici, et me gardera sûrement fidèle de longues années, mais il demeure un sentiment, comme je l’ai brièvement évoqué il y a quelque instant, que cette version 2.0 n’est pas dénuée de défauts.

L’équipe responsable de son développement a cependant fait un travail exceptionnel, Eorzéa telle qu’on la connaît aujourd’hui est plus vivante, et plus riche en contenu que jamais. En cela, le jeu est vraiment bon. J’ai en outre une sensibilité toute particulière pour l’univers d’Ivalice, et donc Final Fantasy XII, dont la patte graphique se retrouve dans le désert du Thanalan (des têtes pensantes de l’équipe du XII participent au XIV, pour la petite histoire). Un fort sentiment de plénitude m’a envahi quand j’ai fait mes premiers pas hors d’Ul’Dah.

Sentiment qui finalement, m’emplit à chaque fois que je lance le MMO. FFXIV :ARR est unique dans le sens où il a encore perfectionné l’ambiance de son aîné, le rendant d’autant plus immersif et attractif à mes yeux. J’aurai beaucoup de mal à décrocher quand tous les éléments de Role Play prévus à l’implémentation seront enfin disponibles.

Que penses-tu de la mise à jour 2.1 et de la dernière lettre live de Yoshida ?

Hildibrand! J’attends le retour de ce personnage avec impatience, j’ai besoin de rire un peu. Plus sérieusement, je suis satisfait du fait que le contenu de haut niveau s’étoffe, même si je n’y ai pas encore accès. Pas le temps de m’ennuyer qu’on parle déjà d’en rajouter! Il me semble qu’un mode Joueurs contre Joueurs en petit comité est aussi de la partie ; à voir, même si je ne suis pas particulièrement fan, et que les vidéos promotionnelles ne m’ont pas transporté. Bon point aussi pour la possibilité de changer ses traits d’apparence de base chez le barbier. A part ça, pas des masses de nouveautés majeures, si ce n’est, bien évidemment, le système de logement.

La Lettre LIVE Partie IX m’a mis un peu plus l’eau à la bouche, au point que je compte faire une vidéo là-dessus dans les jours qui viennent ! Role Player modéré, disposer de mon propre logement est une promesse non tenue par la première version de Final Fantasy XIV, qui m’avait pourtant convaincu de l’adopter en 2010. Là, on a pu entrevoir quelques mécanismes en direct, et obtenir des infos supplémentaires sur le fonctionnement des futurs quartiers résidentiels. On n’en a jamais assez, mais c’est une affaire qui roule. Ma seule déception, c’est de devoir encore attendre la mi-2014 pour en profiter à titre personnel.

Et, euh, évitez de nous envahir avec vos montures Béhémoth de 8 mètres sur 3, les Roegadyn !

 

Où en est-tu dans le jeu actuellement ?

Pas très loin ! Entre l’enregistrement de mes sessions de jeu et le montage des Let’s Play, c’est beaucoup de temps et de motivation à investir, et gérer cela, c’est plutôt coton en période de cours. Je viens seulement de passer Les Milles Gueules de Toto-Rak, c’est dire ! D’un autre côté, le fait d’avoir déjà joué pendant deux ans m’a permis de gagner du temps sur ce qui touche à la phase de leveling, et de mettre un peu d’argent de côté pour les choses monstrueusement chères à acquérir dans un avenir proche. Je progresse sereinement, à mon rythme.

Si tu pouvais améliorer certains aspect du jeu, quels seraient ils ?

J’ai beaucoup pris le jeu à partie sur le thème de la latence logicielle. Il y a certes du mieux comparé à la v1.0, mais encore aujourd’hui, c’est perfectible, car on ressent la lourdeur des échanges client-serveur pendant les phases d’action. Toujours dans la veine des problèmes techniques, le SLI est dit compatible avec ARR, mais sur ma machine, aucune différence majeure de performances en activant ou désactivant cette technologie. Je constate même une légère baisse en faisant travailler mes deux cartes graphiques de concert, comme dans la première version du jeu. A noter que sur le Benchmark, le boost est parfaitement notable, petite frustration donc.

Dernière chose, mettez-nous plus de faune inutile, pardi, messieurs les développeurs! Les oiseaux à l’horizon, c’est beau, mais rajoutez nous des papillons, des hiboux dans les arbres, des bestioles dans l’herbe, ou que sais-je, c’est pas comme si FFXI remplissait cette tâche à la perfection depuis des années. Eorzéa est un monde persistant, pas inerte, bien que comme dit plus haut, c’est déjà un cran au-dessus de la carte postale made in version 1.0.

Sans transition, les doublages français sont bienvenus, même si la nouvelle de leur implémentation m’a étonné, à l’origine, la tradition du VOSTFR ou ENSTFR si chère à la série s’en trouvant brisée. D’abord agréablement surpris par le jeu d’acteur, je commence peu à peu, me heurtant à la rareté des scènes effectivement doublées, à me demander s’il n’aurait pas été préférable de se concentrer sur le Japonais et l’Anglais, et ainsi augmenter le nombre de passages où la lecture est dispensable. Après faut-il encore savoir parler l’une des deux langues à peu près fluidement.

Mon plus grand regret, c’est l’absence de personnages proprement marquants, dès le début de l’aventure. Ça manque de rythme et d’incentive à avancer le scénario principal. Les asciens, mages qui représentaient une menace latante dans la v1.0, sont maintenant vos premiers ennemis. Mais ils peinent à convaincre, car trop peu présents pour créer une pression immédiate sur le joueur, là où nombre d’opus solo de Final Fantasy sont un succès. C’est pour ça que je me suis attaché à Hildibrand et son assistante, dans le fond. Ils sont les seuls à avoir une personnalité délirante, qui donne envie d’écumer leur arc narratif d’une traite. J’irais même jusqu’à dire qu’exploités correctement, ils pourraient devenir un duo emblématique du jeu. En contraste, les personnages que j’ai été donné de rencontrer pour le moment souffrent de leur platitude déconcertante, exception faite de Nero Tol Scaeva, le « méchant » charismatique de l’Empire. L’équipe devrait davantage soigner l’histoire qu’ils tentent de raconter pour que j’y croie pleinement.


Quels sont tes projets pour le futur ?

Oh là, le futur, c’est loin ! J’ai la tête rivée sur l’immédiat pour l’instant. L’objectif sur YouTube et le jeu, c’est de terminer la première saison du Let’s Play (finir l’épopée disponible), de continuer de fournir des vidéos ponctuelles traitant des événements autour du jeu. Dans la vie, les études sont le mot d’ordre. Déjà, finir ma deuxième année sans encombre, et obtenir si possible l’école que je vise, ce serait pas mal !


Un mot pour la fin ?

Encore merci à ceux qui auront pris le temps de déchiffrer mon français parfois torturé ! J

Je serai ravi de vous croiser en jeu — Micha’el Mulord sur le serveur Ragnarok, principalement —, et de vous assassiner en JcJ d’échanger sur les complots d’Ishgard autour d’une chope de bière au Dauphin Noyé, partager une instance en vidéo, ou que sais-je encore.

Enfin, bon courage à ceux qui comptent se frotter aux challenges les plus ardus du jeu, vous en aurez besoin !

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Final Fantasy XIV Online ?

384 aiment, 81 pas.
Note moyenne : (490 évaluations | 67 critiques)
8,2 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Final Fantasy XIV Online
(354 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

750 joliens y jouent, 1228 y ont joué.