Le septième fléau

Note : Cet article décrit les événements de Final Fantasy XIV 1.0 et de la vidéo d'introduction de A Realm Reborn et peut ainsi s'apparenter à un "spoil" pour les nouveaux joueurs.

Selon les érudits d'Éorzéa, l'histoire est une succession de périodes de prospérité, appelées "ères astrales", et de périodes de calamité, les "ères ombrales". La 6e ère astrale ayant débuté il y a plus de 1500 ans, les peuples d'Éorzéa présageaient sa fin imminente. Les événements de 1572, décrits ci-dessous, sont donc logiquement considérés comme le commencement de la 7e ère ombrale.

En 1557, l'empire de Garlemald contrôle la majeure partie de la "triade continentale" et se tourne alors vers Éorzéa. La cité-état d'Ala Mihgo tombe rapidement. Les autres cités du continent se préparent alors à la guerre mais l'empire n'arrive pas : sa progression a été interrompue au-dessus de la région de Mor Dhona par une armée de dragons. L'empire y a subit de lourdes pertes ; le fleuron de sa flotte notamment, l'Agrius, est détruit.

Le septième fléau
L'Agrius face aux dragons

Affaibli, et sentant une menace encore plus grande, l'empire se retire à Ala Mihgo. Le général de la 7e légion impériale, Nael van Darnus, propose alors un plan radical : anéantir la région avec un météore, ou plus exactement avec l'une des deux lunes d'Hydaelyn, Dalamud.

La famille Van Darnus possède de vastes connaissances sur une très ancienne civilisation : l'empire Allag, qui a régné en Éorzéa il y a plusieurs millénaires. Cet empire possédait une technologie très avancée - encore plus que la technologie de Garlemald - et était parvenu à bâtir un édifice titanesque : une lune artificielle. Sa nature a été oubliée au fil des ères, et les habitants d'Éorzéa lui donnent un nom inspiré de leurs mythes : Dalamud, la gardienne de Menphina, déesse de la lune.

Le plan de Nael van Darnus consiste donc à utiliser la technologie Allag pour prendre le contrôle de Dalamud afin de l'attirer vers Hydaelyn et l'envoyer sur Éorzéa. En 1572, les troupes de Nael van Darnus entreprennent alors une série d'opérations discrètes en Éorzéa pour retrouver des artefacts Allag. Elles bâtissent ensuite une forteresse à Mor Dhona pour y installer la machine qui va contrôler et attirer Dalamud.

Face à la présence croissante de l'empire, les cité-états d'Éorzéa décident de mettre toutes leurs ressources dans la guerre et rétablissent les "Grandes Compagnies", des centres de commande extraordinaires ayant le contrôle sur l'ensemble des ressources militaires et économiques. Elles accordent également beaucoup d'importance à engager tous les volontaires possibles, quelque soit leur statut social. De nombreux aventuriers rejoignent leurs rangs, ainsi que deux personnes qui vont influencer grandement le déroulement de la guerre : Cid nan Garlond et Louisoix Leveilleur.

Cid nan GarlondLouisoixNael van Darnus
Cid nan Garlond, Louisoix Leveilleur et Nael van Darnus

Cid est un ingénieur originaire de Garlemald. Il a décidé de fuir son pays, écœuré par les projets insensés de l'armée et en particulier par le projet météore sur lequel son père a travaillé dix ans auparavant. Il apprend en effet aux éorzéens que l'empire n'en est pas à son premier essai : il a déjà essayé de contrôler Dalamud, en 1562, mais a eu pour seul résultat de détruire totalement la ville où l'expérience était menée, la citadelle de Bozja.

Convaincus de la menace rapportée par Cid, les grandes compagnies s'allient pour mener l’assaut contre la forteresse impériale à Mor Dhona. La machine est détruite, mais la progression de Dalamud n'est pas stoppée : une autre machine est en marche, sur une petite île flottant grâce à la technologie Allag, défendue par Nael van Darnus. Les aventuriers parviennent à joindre l'île grâce à l'aéronef de Cid, et à vaincre le général, mais la chute de Dalamud ne peut plus être stoppée.

Les grandes compagnies se tournent alors vers Louisoix, un érudit de la cité-état de Sharlayan. Celui-ci suggère le plan de la dernière chance : invoquer le panthéon des douze dieux pour arrêter Dalamud. Ce plan est très dangereux car l'invocation de douze divinités va consommer une quantité massive d'énergie éthérée avec pour conséquence d'affaiblir la terre, mais Dalamud est un danger bien plus grand. Le second problème de ce plan est que l'invocation doit être réalisée à proximité du point d'impact : le plateau de Carteneau à Mor Dhona, où les troupes garlemaldaises se regroupent.

Les soldats de la 7e légion impériale, tels des fanatiques, sont convaincus que leur général est toujours en vie et sont déterminés à défendre la zone. Les grandes compagnies envoient alors leurs troupes pour déloger les garlemaldais et permettre l'invocation. La bataille de Carteneau peut commencer.

Alors que le conflit fait rage, de larges structures tombent sur le champ de bataille : Dalamud commence à s'écrouler, laissant apparaître un dragon titanesque, Bahamut.

Enragé après des millénaires d'emprisonnement, Bahamut libère sa colère sur la région, détruisant tout sur son passage. Louisoix protège ce qui reste de l'alliance derrière une grande barrière magique, puis commence le rite d'invocation pour sceller à nouveau Bahamut, mais la force du primordial est trop grande et les efforts de l'alliance sont réduits à néant.

Louisoix joue alors sa dernière carte : il invoque Althyk, dieu du temps, pour envoyer les survivants à l'abri dans les couloirs du temps, afin qu'ils puissent retourner défendre Éorzéa quelques années dans le futur.

Cinq ans plus tard, la vie semble avoir repris son cours. Est-ce qu'une nouvelle ère astrale a déjà commencé, ou est-ce que la chute de Dalamud n'était que le premier événement d'une longue série de désastres?

La fin d'une ère 3

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Final Fantasy XIV Online ?

388 aiment, 84 pas.
Note moyenne : (496 évaluations | 67 critiques)
8,1 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Final Fantasy XIV Online
(355 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

756 joliens y jouent, 1239 y ont joué.