Les 18 classes présentes à la sortie du jeu enfin révélées

C'est officiel maintenant, Final Fantasy XIV sortira avec au moins 18 classes jouables (d'autres classes seront ajoutées d'ici ou après la sortie du jeu).

Parmi ces 18 classes nous avons :

- 5 classes faisant partie de la discipline de la guerre (les combattants).

Le Pugiliste

Les 18 classes présentes à la sortie du jeu enfin révélées

Ces combattants se servent de techniques d’attaque ancestrales. Déjà redoutables à mains nues grâce à leur entraînement rigoureux, ils voient leur puissance de destruction décuplée lorsqu’ils s’équipent d’armes de corps à corps. De nombreux pugilistes utilisent aussi des chakrams pour détourner l’attention de leurs adversaires. Ils peuvent ensuite s’approcher d’eux pour placer des coups précis et mortels.

 

Le Gladiateur

560

De la dague à l’épée en passant par le sabre, les gladiateurs maîtrisent une grande variété d’armes blanches. Spécialistes du combat rapproché, ils pourfendent leurs adversaires de leurs coups précis et puissants. Ce sont des combattants flexibles, capables de s’adapter à toutes les situations. Équipés d’un bouclier, ils deviennent les remparts protégeant leurs compagnons contre les attaques ennemies. Armés seulement d’une lame, ils sont alors des attaquants redoutables. Leur habileté à manier les dagues est également remarquable. Ils s’en servent aussi bien dans une mêlée qu’à distance.

Le Maraudeur

ff09.jpg

Les maraudeurs sont souvent assimilés à des brigands car leur arme de prédilection, la grande hache, est aussi celle des pirates. Il est vrai que leur façon de combattre basée sur les attaques furieuses au mépris de la défense, leurs charges violentes capables de briser un bouclier et leurs coups amples pouvant trancher plusieurs ennemis à la fois ne font que renforcer cette image de barbare. Mais il existe en vérité de nombreux maraudeurs s’étant distingués dans l’histoire éorzéenne, que ce soit lors de guerres entre cités-États ou pour avoir vaincu des monstres redoutables.

L'Archer

ff10.jpg

Ces spécialistes du combat à distance maîtrisent tous les styles de tir, comme le tir droit ou le tir en cloche, pour exploiter au mieux les caractéristiques des arcs et des projectiles employés. Ce sont aussi des tacticiens, capables d’évaluer rapidement la meilleure distance de tir ou les flèches à utiliser en fonction de leurs adversaires. Les arcs les plus communs en Éorzéa sont l’arc long, que les soldats élézens favorisent, et l’arc court de chasse des Miqo’tes. Les archers ne sont jamais pris au dépourvu même s’ils viennent à manquer de flèches. Ils sont aussi bons avec les armes de jet et de simples pierres peuvent se révéler dangereuses entre leurs mains.

 

Le Maitre d'Hast

560

Ces combattants maîtrisent parfaitement les armes d’hast. Très efficaces en combat rapproché, ces dernières permettent de frapper d’estoc tout en gardant bonne distance. En fonction de l’arme choisie, ils peuvent aussi attaquer de taille, voire même porter des coups contondants. Ils sont donc très polyvalents sur le terrain et savent adapter leur style de combat aux ennemis qu’ils affrontent. La lance était autrefois majoritairement utilisée, notamment sous l’influence des formidables troupes de lanciers d’Ala Mhigo. Mais les maîtres d’hast ont depuis diversifié leurs armes, et vont même jusqu’à utiliser des lances de jet, appelées javelots.

- 2 classes faisant partie de la discipline de la magie (les magiciens).

L'Elémentaliste

ff12.jpg

Ces chamans sont passés maîtres dans l’art de manier les éléments. Ils sont capables de saisir la nature véritable des choses et peuvent ainsi attirer l’éther présent autour d’eux. Ils se servent alors de ce dernier comme d’une puissante énergie en maniant des armes magiques fabriquées dans du bois, comme des baguettes ou des bâtons. Les élémentalistes aiment à se réunir à Gridania où, dit-on, les esprits de la forêt se font entendre.

 

L'Occultiste

ff13.jpg

Par une étude poussée de leur moi profond, les occultistes deviennent capables de ressentir l’éther présent dans leur corps. Ils peuvent alors l’utiliser pour créer une formidable énergie. Afin de focaliser cette dernière à leur gré, ils leur faut une arme magique spécialement fabriquée dans ce but. Il s’agit généralement d’un sceptre incrusté d’une perle consacrée. Le sanctuaire des occultistes est situé dans les deux grands temples d’Ul’dah dédiés à Nald’thal. Nombre d’entre eux y passent des années à étudier la science des maléfices.

- 3 classes faisant partie de la discipline de la terre (les récolteurs).

Le Mineur

ff14.jpg

Spécialistes des pierres et des métaux, qu’ils soient quelconques ou rares, ils sont les partenaires des forgerons et des orfèvres. Ils sont en effet leurs principaux fournisseurs de matières premières. La Cité d’Ul’dah a la plus importante concentration de mineurs en Éorzéa car ses environs sont riches en minéraux. Ceux qui ont appris leur métier dans les mines uldiennes ne se contentent pas d’extraire du minerai. Ils n’ont pas leur pareil pour repérer des gisements précieux ou pour diriger un chantier. Toujours en quête de nouveaux filons, ils vénèrent Oschon le Vagabond, dieu du voyage.

Le Botaniste

ff15.jpg

Le botaniste sait tirer parti de tous les végétaux pour se procurer des ressources. Il peut cultiver des légumes et des céréales divers, s'occuper d'arbres fruitiers, récolter des herbes variées, mais aussi couper des arbres qui serviront dans la menuiserie ou faire pousser des plantes fibreuses nécessaires pour fabriquer du textile. De nombreuses guildes dépendent donc de son travail, en particulier les menuisiers, les couturiers, les alchimistes et les cuisiniers. Les botanistes sont conscients des bienfaits que la nature leur procure et lui portent un respect infini. C'est au sein de la verte Gridania qu'ils ont établi leur guilde.

Le principal outil de travail des botanistes est la hachette.

Le Pêcheur

ff16.jpg

Le pêcheur récolte les ressources animales des mers, des rivières et des lacs éorzéens. Il est un important fournisseur de matières premières pour les cuisiniers et les orfèvres spécialisés dans l'osserie. Qu'il pêche en mer ou en eau douce, il doit savoir modifier ses outils ou ses appâts en fonction des poissons visés.  Il est peu de professions dépendantes de variables aussi changeantes que l'heure, le temps qu'il fait ou les saisons. C'est également un métier qui n'est pas sans risques. Les points de pêche intéressants étant parfois dans des lieux périlleux, il n'est pas rare de voir des pêcheurs accompagnés de gardes du corps recrutés parmi les classes combattantes.

Le principal outil de travail des pêcheurs est la canne à pêche.

- 8 classes faisant partie de la discipline de la main (les artisans).

Le Menuisier

ff17.jpg

Le menuisier connaît intimement la résistance, l'élasticité, la densité et la valeur de tous les types de bois et peut fabriquer aussi bien des ustensiles communs que des meubles d'art. Les techniques de menuiserie se sont développées au fil des siècles dans les domaines les plus divers. Les Limséens se sont spécialisés dans la construction navale alors que les Ishgardais ont préféré édifier d'imposants bâtiments. Mais c'est à Gridania, où la qualité du bois est supérieure à tout autre, que les inventions et les créations les plus remarquables ont vu le jour. Qu'il s'agisse des habitations et des immenses moulins à eau de la Cité, ou des masques utilisés lors des cérémonies religieuses, les produits issus de la menuiserie font partie intégrante de la vie gridanienne.

Le principal outil de travail des menuisiers est la scie.

Le Forgeron

ff18.jpg

Maîtres du bronze et du fer, ils façonnent les outils des artisans comme les outils des combattants. Ils peuvent exercer leur métier partout et quand bon leur semble, que ce soit dans un atelier pour forger des épées ou dans un camp à aiguiser des lames. L’art de la forge, transmis depuis des générations de maîtres à apprentis, concilie à la fois des techniques anciennes remontant à l’âge du bronze et d’autres plus modernes, comme par exemple la fabrication des outils à feu. Ce mélange de tradition et de modernité est à l’origine d’une grande diversification des méthodes de fabrication et on pourrait dire, sans trop exagérer, qu’il existe autant d’écoles qu’il y a de maîtres. Le principal outil de travail des forgerons est le marteau à panne croisée.

L'Armurier

ff19.jpg

L'armurier travaille les métaux éorzéens pour façonner toutes sortes d'armures. Il assemble plaques et chaînes pour fabriquer les cuirasses, les hauberts ou les casques qui sauveront la vie de nombre d'aventuriers. Ce sont les forgerons qui ont pendant longtemps travaillé les armures, mais l'avancée des techniques de métallurgie nécessitant une spécialisation de plus en plus poussée, les armuriers ont finalement créé leur propre guilde. L'armurerie est actuellement reconnue comme une profession à part entière dans tout Eorzéa.

Le principal outil de travail des armuriers est le marteau de batteur.

L'Orfèvre

ff20.jpg

L'orfèvre façonne à sa guise les pierres et les métaux précieux pour créer des accessoires aussi bien plaisants à l'œil qu'utiles. Il se sert également de l'or et de l'argent, des rubis et des saphirs, et d'une multitude d'autres matériaux pour décorer et renforcer armes, armures et outils. La rareté et la valeur des matières premières utilisées ont amené la guilde des orfèvres à adopter une philosophie de "haut risque, haut rendement". Ses membres sont réputés pour suivre attentivement les tendances et les fluctuations du marché.

Le principal outil de travail des orfèvres est le burin.

Le Tanneur

ff21.jpg

Ces artisans se servent du cuir pour fabriquer notamment bottes et ceintures. Les aventuriers qui vivent de la chasse sont leurs principaux fournisseurs de matières premières. Acheter des peaux et des écailles à bon prix fait aussi partie du travail d’un tanneur. Bien que les Élézens aient longtemps tenu secrètes leurs techniques de tannerie avancées, ils ont récemment révélé nombre d’entre elles. Depuis, la production de produits en cuir n’a cessé d’augmenter pour satisfaire à une demande toujours croissante.

Le principal outil de travail des tanneurs est le couteau à pied.

Le Couturier

ff22.jpg

Ces spécialistes du textile ne se contentent pas de fabriquer sur mesure des habits. À partir de la fibre, ils créent du fil. Avec ce dernier, ils tissent la toile qu’ils utiliseront ensuite pour confectionner des vêtements. Il leur faut aussi suivre la mode, toujours éphémère et changeante, pour satisfaire aux demandes de leurs clients. Nombreux sont les couturiers qui vénèrent la déesse Nymeia, surnommée la Fileuse, dont le rouet dit–on file les vies des mortels.

Le principal outil de travail des couturiers est l’aiguille.

L'Alchimiste

ff23.jpg

Ces savants touche–à–tout se distinguent par leur curiosité et leur insatiable soif de savoir. Ils étudient le « monde », qu’il soit végétal, animal ou minéral, qu’il s’agisse de ce monde–ci ou de l’au–delà, du sacré ou du maudit. Le but de leurs recherches est la transformation de la matière et ils ne s’embarrassent guère de considérations morales. Ils fabriquent les remèdes qui apaiseront les souffrances des malades comme les poisons qui tueront infailliblement leurs victimes. L’enseignement méthodique de l’alchimie dans le cadre d’une corporation artisanale est relativement récent en Éorzéa.

Les techniques alchimiques traditionnelles sont originaires du Proche–Orient, mais depuis leur introduction dans la péninsule éorzéenne, les connaissances en herbalisme des Lalafells et les sciences occultes des Miqo’tes s’y sont mêlées pour former l’alchimie moderne.

Le principal outil de travail des alchimistes est l’alambic.

Le Cuisinier

ff24.jpg

Ces experts de la bonne chère ont à cœur de satisfaire l’appétit des aventuriers les plus difficiles. En se basant sur l’immense répertoire de recettes éorzéennes, ils choisissent leurs ingrédients avec le plus grand soin pour préparer des repas délicieux et variés. Ce métier existe depuis la préhistoire, mais la publication de livres de recettes et la reconnaissance de la cuisine comme artisanat à part entière sont relativement récentes. Ce changement de statut date d’une cinquantaine d’années, et c’est à un ancien dirigeant de Limsa Lominsa, l’Amiral Guolskyf Bhaldwaensyn, fin gourmet et cuisinier lui–même, qu’on le doit.

Le principal outil de travail des cuisiniers est la poêle.

Réactions (166)


Que pensez-vous de Final Fantasy XIV Online ?

389 aiment, 84 pas.
Note moyenne : (498 évaluations | 67 critiques)
8,0 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Final Fantasy XIV Online
(355 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

756 joliens y jouent, 1240 y ont joué.